2013-sphaigne-1000©M.PANTALONI

La connaissance des mousses en Savoie, une histoire de longue date

Le saviez-vous ?

La Savoie est une terre d’étude des bryophytes depuis longtemps. Biodiversité méconnue en France, que sont les "bryophytes". Ce terme se réfère, au sens large, à des végétaux qui se reproduisent par spores, autrement dit des mousses.

Dès le 19e siècle des botanistes locaux s’intéressent à ce sujet. Durant la deuxième moitié du 20e siècle c’est un bryologue hors pairs Laurent Castelli qui arpentera sans relâche les milieux alpins de la haute Maurienne et de la Tarentaise. Il apportera des connaissances précieuses en décrivant de nouvelles espèces inconnues jusqu'à lors en Savoie et parfois même en France. Depuis d'autres spécialistes ont repris le flambeau et poursuivent aujourd'hui l'étude et la découverte de ce patrimoine discret.

Mais alors, pourquoi l’étude des mousses est-elle si dynamique en Savoie ? Certainement, car elle abrite un patrimoine exceptionnel. En effet, au niveau métropolitain, la Savoie est le département le plus riche en bryophytes, en raison de la grande diversité de sa géologie, de son climat et de son étagement altitudinal (de 200 à 3800 mètres). On dénombre 920 espèces, soit 70% des espèces connues au niveau national. C'est deux fois plus d’espèces que les vertébrés (oiseaux, mammifères, amphibiens, etc....).

Les bryophytes jouent aussi un rôle important dans la structuration de nombreux habitats fragiles comme les tourbières et autres zones humides ou forestiers. Leur importance en terme de biomasse et biodiversité font d’elles des indicateurs de bon fonctionnement des milieux ou de la conservation des habitats. Elles intéressent donc beaucoup les scientifiques et gestionnaires d’espaces naturels.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur l'Observatoire de la biodiversité de Savoie.

Passer les outils de partage

Partager cette page sur les réseaux sociaux
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn